Présentation de Formation

Nous suivre :

MéLEXTRA : / TSM :

1984-2018

34 ans de formation en traduction professionnelle à Lille SHS
Master TSM
 

TSM > Master 2 (détails)

  • Le principal objectif de l'année de M2 est de faire évoluer les étudiants en simulant un contexte "professionnel". Ainsi, les enseignements de traduction (UE 3 et UE4) sont abordés comme de véritables projets de traduction à gérer sous la supervision d’un professionnel, qu'il s'agisse de projets individuels ou collectifs dans le cadre du Skills Lab. Il s'agit de textes spécialisés à traduire, sous forme de projets qui doivent être menés à bien par les futurs traducteurs comme il leur sera demandé sur le marché "réel" de la traduction. Pour atteindre cet objectif, des professionnels de la traduction ont été sélectionnés afin de guider les étudiants tout au long du premier semestre. Leur approche tend autant à indiquer les démarches à respecter et les procédures auxquelles les traducteurs doivent se conformer, qu'à suivre l'évolution des textes traduits afin d'en assurer l'exactitude.
  • L'UE 1 forme aux outils d’aide à la traduction : logiciels de TAO (cours spécifique sur les mémoires de traduction et formation approfondie aux logiciels), logiciels SaaS (Wordbee). Le cours de traduction automatique vise à former les étudiants à l’analyse de demandes de traductions contenant de la traduction automatique et à l'évaluation de la traduction automatique dans un contexte d'utilisation commerciale : ils apprennent ainsi à comprendre les limites de la traduction automatique et les circonstances dans lesquelles son utilisation est rentable. Les outils de traduction automatique sont divers : Google Translate, DeepL, accès à MT@EC/eTranslation de la Commission européenne, outils intégrés à SDL Trados Studio.

  • L'UE 2 est consacrée à la localisation de sites web et de logiciels et à la gestion de projets. (continuité avec le cours de M1). Les cours de localisation ont pour objectif principal d'apprendre aux étudiants les nouvelles méthodes de traduction et de les entraîner à l'utilisation d'outils logiciels variés. Ils apportent, en outre, une réflexion relative aux procédures à mettre en place en fonction de la complexité et de la spécificité des différents projets. L'étudiant apprend donc à traduire à l'aide de différents types de logiciels, à effectuer des tâches techniques à caractère "informatique", mais il assimile également les méthodes lui permettant de travailler en pleine autonomie et d'utiliser tout nouveau logiciel utile à sa future profession. Les cours de gestion de projets quant à eux ne s'inscrivent pas uniquement dans la volonté de former de futurs gestionnaires de projets mais également dans le souci d'expliquer aux traducteurs la ou les places qu'ils peuvent occuper au sein d'un projet de traduction complet. A l'heure actuelle, les projets de taille, tels que la traduction de logiciels ou de sites web, peuvent regrouper des équipes très importantes, composées à la fois de gestionnaires de projets, de traducteurs et de divers spécialistes techniques. Il est donc important d'aborder ces matières qui sont en constante évolution tout en permettant à chacun de comprendre le rôle qu'il pourra jouer au sein de ces équipes.

  • L’UE5 est consacrée à l’étude des structures fondamentales de la langue, par le biais de deux enseignements de grammaire comparée (anglais-français ; langue B-français), qui permettent d’affiner les choix structurels effectués au moment de la traduction, et d’un enseignement consacré aux outils de corpus (niveau 2, continuité du cours de M1).  Après avoir balayé en première année le côté purement technique de différents corpus électroniques et des différents outils à base de corpus, il s’agit en M2 de mettre l’accent sur les différents types d’informations qui peuvent être mises au jour grâce à l’exploitation des corpus électroniques et sur la façon dont ces informations peuvent être utiles au traducteur. Les corpus sont ainsi présentés comme des outils d’aide à la traduction (outils de TAO) et comme des outils de recherche et développement en traduction. Les enseignements de cette UE5 représentent également une initiation à la recherche.

  • L’UE6 est consacrée à l’insertion professionnelle, à la politique culturelle européenne et à l’économie multilingue.

  • Comme en M1, des conférences à visée professionnelle ou liées à la recherche en traduction et en traductologie sont organisées tout au long de l’année, en partenariat avec le Master MéLexTra (Métiers de Lexique et de la Traduction).

  • Les étudiants alimentent également le blog du Master TSMhttps://mastertsmlille.wordpress.com/

 

Stage

Au terme d’un semestre de cours et de travaux dirigés, l'étudiant est amené à effectuer un stage d'une durée de 6 mois en entreprise ou chez un traducteur indépendant (sous conditions, cf. Charte des Stages). Le stage est orienté et suivi par un intervenant du Master TSM et devra faire l'objet d'un rapport à soutenir devant un jury composé tant de professeurs que de professionnels. L'expérience pratique et de longue durée ainsi acquise par l'étudiant lui permettra de valoriser sa formation auprès de ses futurs employeurs.